Comment reconnaît-on les différentes variétés de moustiques ?

Quelles espèces de moustiques trouve-t-on en France?

Dans le monde, environ 3500 espèces différentes de moustiques existent. Les moustiques sont des insectes de l’ordre des diptères et de la famille des Culicidae. Ils ont pour particularité de se nourrir du sang des animaux mais également de l’homme. En fait, c’est la femelle qui se nourrit de sang, car elle en a besoin pour pondre ses œufs. Les protéines du sang lui servent à faire venir sa progéniture à maturité. Les mâles ne piquent pas et servent de nourriture aux oiseaux et chauve-souris. Ils sont également de très bon butineurs, de la même façon de l’abeille.

Durant leur vie les moustiques passent par deux phases biologiques: le stade larvaire qui se déroule dans l’eau et le stade aérien adulte.

La situation du moustique en France ?

De nombreuses zones et régions humides favorisent la reproduction des moustiques en France et en Europe. Même si de grandes étendues d’eau sont des paradis pour la reproduction des moustiques, de toutes petites quantités d’eau sont suffisantes pour les femelles qui y déposent leurs œufs et leurs larves. Lutter contre les moustiques consiste prioritairement à opérer une prévention personnelle et collective contre les eaux stagnantes, celles qui peuvent accueillir la ponte. En France métropolitaine on va retrouver surtout deux espèces de moustiques: le moustique commun et le moustique tigre. Dans les DOM TOM, on trouvera bien plus de variété d’insectes.

Les différentes variétés de moustiques

Nous retrouvons donc en France métropolitaines principalement le moustique du genre Aedes, les Anopheles ou Culex mais également les Culicoides.

Le moustique commun Culex pipiens

Le moustique commun Culex pipiens, est connu et présent depuis très longtemps en France. Ce moustique est principalement nocturne. Il vous piquera surtout la nuit ou la la tombée du jour. Le jour, il va se cacher dans ses zones de repos, à l’ombre, sous les haies, à l’intérieur de la végétation. Leurs femelles pondent dans les eaux claires et stagnantes. Les larves se développent alors et deviennent adultes après la métamorphose. Les piqures sont désagréables et provoquant des démangeaisons. Cependant, il ne sont pas vecteurs de maladies en France métropolitaines. Certaines personnes allergiques voient les piqures du Culex pipiens de manière très dommageable.

Le moustique commun Culex pipiens
Le moustique commun Culex pipiens



Les femelles du moustique commun ont un corps qui mesure entre de 5 et 7 mm de long, et ont de fines antennes.

Le moustique tigre Aedes albopictus

C’est le moustique tigre, espèce invasive dont l’aire de répartition est en forte progression en France métropolitaine. Son cousin le moustique d’Egypte l’Aedes Aegypti est présent également en outre-mer. Tous les deux sont vecteurs de maladies tropicales telles que la dengue, le chikungunya, Zika ou encore la fièvre jaune. Les femelles arrivent à pondre dans de toutes petites quantités d’eau. L’équivalent d’un bouchon de bouteille d’eau minérale peut faire naitre jusqu’à 20 larves simultanément. De plus, les œufs peuvent se mettre en dormance et attendre le bon moment pour éclore et résister comme cela plusieurs mois voire plusieurs années sans eau.

Le moustique tigre, Aedes albopictus
Le moustique tigre, Aedes albopictus

Le moustique Aedes albopictus ou moustique tigre est de couleur noire rayé de blanc. Il mesure environ 0,5cm de long et possède des écailles blanches sur le thorax. Son surnom de tigre lui vient de sa robe caractéristique blanche rayée de noir, ainsi que de ses taches blanches sur les pates..

Le moustique égyptien Aedes aegypti fait environ la même taille que le moustique tigre mais on le reconnait aisément au dessin en forme de lyre sur le thorax.

Le moustique d'Egypte, Aedes aegypti
Le moustique d’Egypte, Aedes aegypti

Les moustiques du genre anophèles

Les moustiques anophèles aiment les eaux stagnantes et claires. Ils s’y développent sous forme arvaire avant de passer au stade volant adulte. Le moustique anophèle peut transmettre certaines maladies comme le paludisme. On le retrouve sur l’ensemble de la planète, proche des zones tropicales et équatoriales. Le soir, la femelle sort de sa zone de repos, pour rechercher du sang. C’est le moustique que l’on retrouve dans les zones humides comme la Camargue. C’est un fléau pour les zones touristiques, et on a du mal à réguler dans ces zones les populations de moustique anophèles.

moustique anophèle, le moustique présent en Camargue
Moustique anophèle

Ces moustiques qui n’en sont pas

Un diptère nommé tipule, ou cousin (tipulidae) ressemble au moustique mais il ne pique pas. Il est beaucoup plus grand (entre 2 et 3 cm). Même s’il est inoffensif en tant qu’insecte piqueur, ses larves n’en sont pas moins indésirables au potager, car elles dévorent les graines des semis.

Tipule
Tipule



D’autres petits moucherons appelés culicoïdes peuvent piquer pour aspirer le sang. Aux lisières des forêts et des bois, ces petits moucherons piqueurs représenteront des nuisances comparables à celles des moustiques. On les retrouve près des zones humides en très grand nombres. Dans certaines régions du Nord de l’Europe, il est fréquent de ne pouvoir se déplacer qu’avec un voile sur le visage. En Islande, un lac est nommé Myvatn, ce qui signifie le lac des mouches.

Culicoïdes
Culicoïdes
Myvatn moucherons
Dans certaines zones géographiques, il est utile de se protéger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.